Diplôme
Accompagnateur en moyenne montagne
Guide de randonnée

Accompagnateur en moyenne montagne : DE AMM - Guide de randonnée

L'accompagnateur en montagne, ou plus exactement l'accompagnateur en moyenne montagne, dit également AeM, AMM, moniteur de randonnée pédestre ou encore guide de randonnée a une activité professionnelle réglementée. Ses prérogatives sont certifié par un diplôme d'état relevant du Ministère des sports. Il a été rénové le 3 juin 2019, voici en détail le métier ainsi que le parcours pour devenir accompagnateur en montagne.

Le métier d'accompagnateur en montagne

Être accompagnateur en montagne, c'est encadrer des personnes en montagne lors d'une randonnée. Cela implique une connaissance approfondie du milieu montagnard (culture montagne), une bonne condition physique et des qualités humaines d'accueil et de partage.

L'accompagnateur veille d'abord à la sécurité des personnes qu'il encadre. Il est en capacité d'effectuer un secours dans une zone reculée aggravant les circonstances d'un éventuel accident.

Les prérogatives de l'accompagnateur lui permette d'exercer en moyenne montagne, c'est-à-dire dans les zones où l'utilisation de matériel et de technique d'alpinisme n'est pas requise. L'hiver, il pourra encadrer des personnes équipés de raquette à neige.

Sur le terrain, il existe une variété de manière d'endosser la casquette de l'accompagnateur en montagne :

Notons qu'une grande partie des personnes diplômées exercent de manière saisonnière leur activité d'accompagnateur en montagne.

Voir aussi la vision du métier par les accompagnateurs en montagne Pied Vert.

Comment devenir accompagnateur en montagne

La formation est longue et exigente. Le ton est donnée !

Elle est encadrée par l'établissement public national du Ministère des Sport, le Centre National de Ski Nordique et de Moyenne Montagne (CNSNMM), qui dépend de l’Ecole Nationale des Sports de Montagne (ENSM).

Avant de pouvoir y accéder, il faudra aux futurs stagiaires obtenir l'examen probatoire.

Examen probatoire

Deux périodes dans l'année permettent de passer le probatoire avril-juin ou août-octobre. A chaque période, deux sessions sont organisées dans deux massifs différents : Alpes, Pyrénnées, Vosges, Corse ou Massif Central. Chacune des sessions a un nombre de place limité à 150 candidats. Les dates sont accessible sur la plateforme gepafom.fr.

L'examen probatoire est constitué de 2 épreuves :

Si la première épreuve n'est pas validée, le passage de la seconde est impossible.

Afin de pouvoir accéder à cet examen probatoire, il faut compléter un dossier qui contiendra une liste de randonnées effectuées seules ou accompagnées (être meneur sur la planification est un plus).

Cette liste contiendra :

Ces randonnées doivent être documenté via un tableur également téléchargeable sur le site du CNSNMM (cnsnmm.sports.gouv.fr).

De nombreux stages ou préformations de quelques jours à plusieurs mois permettent à certains de se préparer à cet examen probatoire. Yann, Alice et Victor de Pied Vert ont d'ailleurs effectué la préformation à Autrans (~ 3 mois).

La formation
Être stagiaire accompagnateur en montagne

Une fois le probatoire obtenu, le candidat pourra bientôt débuter le cursus de formation nationale.

Il devra au préalable valider la formation générale commune aux métiers d’enseignement, d’encadrement et d’entraînement des sports de montagne (5 jours) poétiquement abrégée FGCMEEESM avant de pouvoir s'inscrire au printemps suivant à la première unité de formation.

La formation est une succession d'unité de formation auquel il faut s'inscrire en fonction des dates disponibles.

Chaque unité de formation est également certifiante (= évaluations !). Dès la validation de la premier UF1, le candidat devient stagiaire et son livret de formation est ouvert. Celui-ci lui permettra, à partir de la validation de l'UF2, d'encadrer le public hors zone enneigée et bivouac. Puis, la validation de l'UF3 ouvrira les prérogatives de l'encadrement en raquette à neige. Seul le bivouac restera en dehors des prérogatives du stagiaire pendant toute la formation.

Suite à l'arrêté du 3 juin 2019, rénovant à nouveau le diplôme, la formation se déroule ainsi :

Ces 45 jours sont un mélange de formation théorique (salle et terrain) et d'évaluation. Le stagiaire doit prévoir également du temps personnel pour se préparer aux unités, sans quoi, il sera difficile pour lui de les valider du premier coût (coup ?!). Un examen final lui permettra ensuite de valider le diplôme.

A chaque unitée, le stagiaire poursuit sa formation avec des professionnels diplômés sur le terrain. Le stagiaire démarchera les professionnels afin de compléter son livret de formation avec des sorties en observation, en co-encadrement et planifié et encadré en autonomie.

En allant au plus court, Il faut compter au minimum deux ans et demi entre l'obtention du probatoire et l'examen final.

Un budget de frais pédagogique d'environ ~3000€ est à prévoir. Des organismes peuvent parfois aider les candidats, il sera toutefois nécessaire de réaliser des dossiers de demande d'aide au financement pour chaque unité de formation. Ainsi, certains étudiants ont pu être financés par des aides régionales pilotés par le Pôle Emploi puis par le FIFPL, une fois déclaré en tant que travailleur indépendant (micro-entrepreneur ou autre statut).

Nous contacter
Nous rencontrer

Au coeur du Parc Naturel du Vercors
En Isère (38)
A 30 minutes de Grenoble
et à 1h de Valence et de Lyon

Se tenir informé
  • instagram
  • facebook
  • rss
En savoir plus
  • Partenaires Destination Vercors
  • Presse et partenariats
  • Avis Pied Vert
  • Conditions générales de ventes
  • Mentions Légales
Voir le programme de l'été !